© 2013 by Benoît Schlosberg. Proudly created with Wix.com

  • SoundCloud App Icon
  • youtube-square
  • facebook-square

Compositions

 

En 1984, les Editions ALphonse Leduc publient les "Trois esquisses pour flûte et guitare". Enregistrées par Benoît Schlosberg et le flûtiste Yannick Le Goff (disque ELYON),       ces pièces sont désormais un standard du répertoire pour flûte et guitare. Cette même année, est éditée la pièce en forme de tryptique "Triada", pour guitare.
En 1986, le Festival "Les Journées du Violoncelle" de Poitiers lui commande une oeuvre pour octuor de violoncelles "Como uma lembrança" à l'occasion de la commémoration du centenaire de Heitor Villa Lobos. Cette même année voit l'écriture des "Saisons" ( d'après 4 tangos d'Astor Piazzolla) pour guitare et quatuor à cordes et de l'Eloge du Tango, pour guitare, bandonéon et quatuor à cordes. Ces oeuvres seront créées à l'Automne musical de Nîmes et enregistrées avec la complicité de Juan José Mosalini et du Quatuor Enesco ( disque ADDA/Musidisc).

Cette musique a été choisie pour illustrer le film d'Edgardo Cozarinsky " Boulevard du crépuscule " ( ARTE 1992).  
En 1990, Benoît Schlosberg participe au Répertoire pédagogique d'Arnaud Dumond, avec la pièce "Merry go round" ( Editions Transatlantiques).
De 1990 à 2002, le catalogue s'étoffera aves des pièces illustrant des domaines variés. Création en 1995 du "Jardin d'Añahata" pour choeur d'enfants, orchestre et bande magnétique, commande du Festival Banlieues Bleues d'une musique pour le défilé Carnavalcade (dans le cadre de la coupe du monde de 1998), création de "Mediterranean shores" pour trio jazz et musiciens orientaux  ainsi que de l'arrangement pour harmonie, ensemble à cordes et ensemble musiciens orientaux "Shota", avec la collaboration du pianiste Bojan'Z dans le cadre de l'opération "Solstices" de Banlieues Bleues. Les Editions Combre, publient dans la collection "la flûte à bec contemporaine" de Joseph Grau , la pièce pour 2 flûtes       "Blow in 'da funk".
En 2002, le Ville de Gentilly lui commande un hommage à Roger Ossart et voit la création "Ils ne passeront pas!" pour choeur et orchestre.